Vide-dressing

Je n’ai pas écrit depuis le mois de juillet. Ce n’est pas faute de penser à faire des articles, mais je suis en ce moment sur un projet disons extrêmement prenant…

Je déménage! Je déménage début octobre dans une charmante petite maison 1890. Autant dire que j’ai hâte d’y être enfin. Mais en attendant, c’est l’heure du tri! Je fais donc un grand ménage dans ma collection. Je revends donc beaucoup de pièces. Sur ma page Facebook, j’ai constitué 5 albums :

Je laisse ces vêtements en ligne jusqu’au 8 octobre 2016 avant de les mettre en boutique vintage ou sur eBay. Les conditions sont dans les entêtes des albums.

Je dois aussi prochainement ajouter les accessoires : chapeaux, chaussures et sacs.

wizard-of-oz-25

 

Un retour au XVIIIe…

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Décidément je reste dans la thématique blanc en ce moment… Cette fois-ci, je vais vous parler d’une de mes premières créations. Une Anglaise blanche en coton. J’ai eu peur de ne plus entrer dedans pour la Journée Grand Siècle de Vaux le Vicomte. Là aussi c’est un retour, je n’y étais pas retournée depuis 2013. J’ai cousu cette robe en 2012. Elle a été créée pour des Journées du Patrimoine au Désert de Retz. Je l’ai portée 5 ou 6 fois, je ne sais plus vraiment. Mais toujours est-il qu’elle est très agréable.

427815_10151249303950522_1163705404_n534394_3775313376658_1827609270_n

Je n’ai que peu de photos de cet événement. Le corps à baleine que je porte dessous et dont je ne montrerai pas de photos, est un corps XVIIIe sur le modèle Butterick B4254. C’est la toute première pièce que j’ai cousue. Avant je ne cousais pas du tout. Pour du coup, on peut faire plus simple pour commencer. Il est temps d’ailleurs que je m’en crée un autre. Cette fois-ci je tenterai plutôt de reprendre un patron du Nora Waugh. Cette année, je dois faire trois corps : XVIe, 1690, et XVIIIe. Le XVIIIe reste le moins urgent.

La robe après le Désert de Retz a servi lors d’une séance photo chez Temps d’Elégance dans un esprit XVIIIe façon Sophia Copola. La photo a été prise par Philidia Dolohov pour la scène finale. Les autres par notre ami Fox.

On voit sur les photos individuelles que le haut rebique. J’ai une vraie obsession là-dessus. Mais après en avoir discuté avec des amis, il s’avère que ça vient du corps à baleine qui n’est pas assez baleiné. D’où mon envie de le refaire à terme. Depuis j’ai appris à tricher avec cette robe. Pour continuer mon explication, j’ai chiné la jupe sur eBay un jour. A vrai dire, j’ai chiné deux jupes à tournure de théâtre en taffetas polyester. Sauf que sur les deux jupes, une était effectivement une tournure, l’autre une jupe XVIIIe dans les tons bleus gris. Elle ressort donc très régulièrement.

Cette robe est ensuite ressortie lors d’un goûter au château de Courances organisé par la très talentueuse Stéphanie de L’Instant Boudoir, un salon de thé à tendance historique qui se situe à Tours. Si vous avez l’occasion de passer par là un jour, arrêtez-vous pour goûter ses macarons et ses biscuits à la fleur d’oranger.

218048_10151255551035522_1321387420_n (1)271102_10151255550720522_425165953_n394241_526563224025151_109575622_n561801_10151255550945522_1445043575_n

La robe est donc en coton blanc très simple avec de légers motifs. Je me suis basée sur le patron de l’anglaise de JP Ryan qu’on trouve très facilement sur leur site. Leur patrons sont très simples d’utilisation pour des débutants, notamment ceux des caracos et des anglaises. Je ne porte plus de poufs sur cet événement mais plutôt une coiffure à la lionne coiffé d’un chapeau que j’ai trouvé lors d’une vente chez Emmaüs. Je l’ai agrémenté de fleurs et de plumes. Je porte aux pieds des American Duchess. Pour le XVIIIe siècle, je n’ai pas encore trouvé mieux et surtout à ma taille.

Pour finir, je n’avais pas mis cette robe depuis bientôt deux ans. Mon amie Laura m’a proposé de la suivre à la Journée Grand Siècle 2016 de Vaux le Vicomte avec Denis du Cabinet Corset&. Ayant envie d’un pique-nique entre amis (où nous avons oublié la moitié des denrées chez Denis), j’ai bien entendu accepté.

13528872_10153953404778778_2397071532709025704_n13508825_10153953405038778_541426052339849365_n13494778_10153953408893778_8814360904487110382_n13528721_10153953413533778_7385794234202118519_n13529051_10153953413513778_7682818854433709183_n

Deux ans après, je rentre toujours dans ma robe malgré une dizaine de kilos en plus et surtout je me dis que je la remplis mieux. Je porte un foulard de tulle 1880 fait main pour cacher ce devant qui rebique. J’ai une ceinture constituée d’un ruban noir avec une boucle Art Nouveau qu’on ne voit pas. J’ai opté cette fois-ci pour une perruque que j’ai tenté de coiffer à l’enfant. Ce n’est pas tout à fait ça mais c’est déjà un début. Le chapeau quant à lui est un chapeau du début des années 50 en paille noire que j’ai agrémenté de plumes et de rubans. Sans les fioritures, il ne fait pas XVIIIe, mais quand je l’ai eu lors d’une grande vente Emmaüs, je me suis dit que je n’allais pas laisser passer son potentiel. Le reste des bijoux et l’éventail sont 1900. L’éventail est en tissu rebrodé de sequins.

Et maintenant quelques photos de mes compagnons de pique-nique.

13537521_10153953403843778_8952714448217062875_n13501596_10153953413263778_6143646822866063787_n13494792_10153953409883778_5379657195112420533_n13501859_10153953410133778_5083978870595379195_n13466250_10153953409993778_4460658811843961007_n13494785_10153953269928778_4211511962583819589_n

Olympe de Decorum et Bagatelle campait une magnifique allégorie de Diane Chasseresse 1660. Laura et Denis portaient tous deux des tenues du Cabinet Corset& : une fabuleuse Lévite sur chemise à la reine. Le corps à baleine dessous est de toute beauté. Si je ne dis pas de bêtise, la tenue est en soie et coton. Denis, le créateur des tenues, porte une tenue d’Incroyable. De même, la tenue doit être en soie et coton. J’ai coiffé Laura pour l’occasion. Il est à noter que le pouf que j’ai monté l’est entièrement avec ses cheveux. Les seuls postiches que j’ai mis sont ceux qui donne le volume dessous.

Crédit photos (non libres de droits) :

Créateurs mentionnés :

Lieux :

 

 

 

 

 

Une Anglaise dans les Blackhills

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , ,

Récemment j’ai participé à un jeu de rôle particulièrement sympathique. Il y a un an de cela, à réception de ma pré-fiche, j’ai hésité à me désister : une veuve complètement dépendante de sa famille, très peu pour moi… Et puis… Et puis j’ai reçu ma fiche de personnage qui fut on ne peut plus enthousiasmante!!!!

Recently I played a larp really cool. One year ago, I received my character, and I wasn’t really enth0usiastic : a widow, dependant of her familly, not for me… And then… And then I received all her history and I decided to keep going! 

A vrai dire il y a quelque chose aussi qui m’a beaucoup plus dans ce jeu : c’est un jeu sur un temps long, deux jours, qui essaie d’être aussi proche que possible d’une reconstitution historique. Pour ce faire, nous avons investi le terrain de Maryl and Clark et nous avons vécu quelques jours de 1876 comme à l’époque. Je recommande d’ailleurs chaudement cette association! Ils sont particulièrement adorables et accueillants.

There was something I really like in this larp : it is a long time game, two days, and clearly close of reenactment. We used the camp of Maryl and Clark association and we lived there for a few days in 1876, like it was without running water and electricity.

J’incarnais donc une Anglaise de bonne famille remariée à l’un des prospecteurs de la ville de Blackrocks dans les Blackhills. Il est particulièrement évident que j’étais absolument ravie d’être coincée contre ma volonté dans ce pays de bouseux…

I played an English woman remarried to one of the prospectors of Blackrocks, a city in the Blackhills. It is obvious that my character was really happy to be stuck in this mud camp. 

13442582_594883877355790_2027036221900901262_o

Je me suis fait pour l’occasion et en moins d’une semaine une tenue qui rentrera dans mes réalisations préférées. Il s’agit d’une tea gown tirée du patron Truly Victorian TV432. Il s’agit du modèle sans plis Watteau à l’arrière. Je l’ai retroussé en polonaise. La jupe est courte pour pouvoir crapahuter dans un site boueux.

I have sewn for the occasion, in less than a week, a dress that will stay in my favorites realisations. It is a tea gown based on  Truly Victorian TV432 pattern. It is the model without the watteau pleats at the back. I transform it in a polonaise. The skirt is voluntarily short so I can walk in the mud without ruining the dress. 

13323597_10208615623481371_8163808917048252144_o13308234_589655601211951_2090041072221962559_o13475192_594884334022411_2010207490700132238_o

Pour le tissu de ma robe, j’ai parcouru les Emmaüs en quête de draps anciens, de préférence abîmés et reprisés pour créer la robe dedans et lui donner un vrai cachet ancien. J’ai cousu dessus (avec l’aide précieuse d’une amie) de la dentelle crème : col, manche, bordures du manteau de robe et bas de la jupe.

For the fabric, I have walked threw Emmaüs shop searching for old linen white sheets. I shoose some already damaged, so the dress seams real and used. I sew some cream lace on it.   

On voit certain de mes bijoux. Tous viennent de brocantes ou d’eBay. J’ai donc un médaillon en bakélite noire 1910. C’est une tête de femme façon extase de Sainte Thérèse ou Maria Dolorosa. Bref, je pense qu’il s’agit d’une figure religieuse. J’ai autour du cou et coincé dans le corsage un collier de deuil en jais. Le médaillon photo est dans le corsage. Ma ceinture est une boucle dorée Art Nouveau. De même j’ai un étui à lunettes Art Nouveau pendu à ma ceinture.

You can see some of my jewels. Every single one comes from antiques shop or eBay. I wear an 1910’s bakelite medallion. It seams to be a religious woman head. I wear also a mourning neaklace from 1914. I have a 1900’s belt buckle and a silver eyeglass case from the same period hand at my belt.  

13411640_10208617725773927_2652603644354098865_o13495527_594896460687865_4449956700616712332_o

Le dimanche matin je portais un vrai haut 1870 fourré d’une espèce de polaire d’époque. Je l’ai porté tout le week-end avec grand bonheur! On voit sur les photos que j’ai aussi deux châles pour me tenir chaud : un vrai cachemire 1860 et un châle tricoté par une grande tante dans les années 1970. Je portais une coiffe blanche début de siècle, n’ayant pas réussi à remettre la main sur ma quichenotte. Je l’ai retrouvée ce week-end. Ce sera donc pour la suite! J’ai aux pieds le modèle de bottes Tavistock d’American Duchess, offertes par des amis. Autant dire que ces chaussures ont résisté au pire du GN : boue, boue, boue et encore boue!

On sunday morning, I was wearing a real 1870’s shirt. I was wearing two shawls : a 1860s cashmere shawl, and a 1970’s wool shawl. I was wearing a 1900s embroidered cap. On my feet, I was wearing very comfortable Tavistock boots from American Duchess. They survived to the worst larp condition I ever had : mud, mud, and mud again. 

Je suis très contente du rendu du dos : remonté ou relâché c’est l’effet que je cherchais. Une robe dans des matériaux simples qui peut servir à la femme d’un prospecteur endimanché ou à la femme du maire d’un village des Blackhills. En bref, une robe qui ne fasse pas trop pauvre, mais qui laisse entendre qu’on ne vit pas en ville…

I am really happy of the rendering of the back. The dress is made of very simple fabric that can serve for a pretty prospector’s wife or for the mayor’s wife in this village of the Blackhills. This dress just indicates that you are not totally poor but that you don’t live in a big city. 

13474973_594883290689182_4207671647638682945_o13415440_10208617568209988_4264169756833569853_o13422428_594887120688799_8593539816237271868_o

HSF Challenge #7: Monochrome.

What the item is: 1882’s tea gown dress

The Challenge: Monocrome

Fabric/Materials: White linen fabric, cream cotton lace.

Pattern: Truly Victorian TV432

Year: 1882

Notions: 6 meters of white linen fabrics for the dress, 3 meters for the skirt. 4 meters of cream cotton lace. Cotton yarn. Hooks to close the dress.

How historically accurate is it? 80% : fabric is old, the dress fit perfectly on the corset. Only the finishing are not historically accurate.

Hours to complete: 30 hours

First worn: 4th of june 2016

Total cost: 50€ for the dress and the skirt

Copyright des photos :

Pour continuer :

 

 

 

Bonne Pons d’Heudicourt, du mieux…

Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Suite du projet sur ma robe 1660 commencée il y a un an. Comme je l’ai dit dans mon précédent article sur La Grande Mademoiselle, je devais reprendre la robe. Nouvelle robe, nouveau rôle. Celle-ci devait être améliorée pour ce week-end. Pour ne pas changer, j’ai encore tout faire au dernier moment, et j’ai fini les manches en catastrophe la veille de l’animation au château de Maintenon. J’incarnais de nouveau Bonne Pons d’Heudicourt, un rôle de composition. Une rose avec beaucoup d’épines! Elle revient en grâce en 1676 grâce à Mme Scarron et le moins qu’on puisse dire c’est que ses cousines qui l’ont écartée, Mme de Montespan et Mme de Thianges, ne sont pas ravies de la voir revenir!

13133264_603982433085040_3231610301235203233_n

Je dois dire qu’il y a largement du mieux! Tout n’est pas parfait mais je progresse vers ma quête de bonheur pour une robe historiquement correcte! Pour commencer : j’ai mis 10 mètres de baleines plastiques (les fameuses whalebones de chez Vena Cava en 7mm) à l’intérieur du corsage. La prochaine fois je prendrai des baleines en 1cm de large. Mais tout est rebaleiné correctement. De même, j’ai deux baleines métal sur le devant en guise de busc. La prochaine fois, je suivrai les conseils des amis et je mettrai des baguettes en bois. Le corsage ne gondole plus mais soit il faut que je retende le tissu soit que je mette du bois pour qu’il ne plisse plus au milieu.

picture-20picture-24picture-99

Les manches maintenant. Il y a vraiment du mieux comparé aux affreuses manches du départ. Mais je n’ai pas correctement compris mon patron. Ce sont de charmantes petites manches ballon mais ce n’est pas ce qu’on leur demande! Je vais donc les refaire encore une fois. Faire et défaire c’est toujours travailler. Et cette fois-ci, maintenant que les amies m’ont montré comment les leurs sont faites, je me sens apte à en créer de nouvelles (avec de l’aide)! En revanche, je suis parvenue à ce que je voulais au niveau de ma chemise que j’ai transformée pour l’occasion. Je vais mettre de la dentelle au col (la même que celle des manches) pour que cela fasse moins nu et ce sera très bien pour du XVIIe!

picture-23picture-31

Bon par contre, le fait d’avoir refait correctement le corsage montre un défaut particulièrement visible sur la jupe : j’ai désormais deux grosses cornes à l’arrière. La raison est simple : mes plis canon sont beaucoup trop épais (3cm), je ne porte pas de jupon non plus (oublié). Je vais donc refaire tout cela avec du 1cm/1,5cm.

Maintenant quelques photos que j’aime beaucoup et qui montrent tout le travail accompli!

picture-32picture-19picture-17picture-3013133357_10209385251972082_6695374809363178853_n

Donc la prochaine étape, c’est l’animation du Bosquet au château de Maisons-Laffitte le week-end du 11 et 12 juin 2016. Je dois y incarner Cateau la Borgnesse, encore un rôle de composition.

J’ai décidé deux choses : la robe assortie au corsage ne sera plus blanche. Je vais refaire des manches en satin duchesse marron glacé beaucoup plus grandes et une surjupe de la même couleur : de nouveau 6 mètres de plis canon. Ce sera accordé aux motifs du corsage. Ensuite, j’ai retrouvé encore une fois du satin duchesse crème. Je vais donc refaire un corsage et des manches qui seront entièrement assortis à la jupe déjà existante. Reste à trouver de belles dentelles, ou pas.

Crédits photos : non libres de droit

Site et association :

L’Orient fantasmé

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

J’ai participé fin avril à un jeu de rôle. Décidément je ne m’arrête plus, enfin si bientôt… Ou pas. C’est aussi la raison pour laquelle je poste peu ces derniers temps : je suis soit en rush couture, soit en train d’écrire des backgrounds de personnages pour une animation début juin ce qui laisse peu de temps pour mon blog. Mais là, je viens tout juste de recevoir les photos et je dois dire que je suis assez fière de ma tenue faite de bric et de broc.

Il s’agissait d’un jeu sur le thème des Mille et Unes Nuits : Le Conte des Sept Voiles organisé par l’association GNiarc. Alors c’est assez simple. Quand on me dit Mille et Unes Nuits, j’ai fâcheusement tendance à imaginer ça :

Oui voilà, cet espèce d’Orient fantasmé par la fin du XIXe siècle et du début XXe. Vous me direz : les Mille et Unes Nuits, c’est un recueil qui puise sa source au VIIIe ou au IXe siècle pour les contes les plus anciens. Certes! Mais l’engouement le plus fort pour ces écrits, ça a quand même été au XIXe siècle, n’en déplaise au XVIIe où une des premières traductions a été faite. Et puis, j’avais ce genre d’illustrations dans ma fiche de personnage!

Et ça tombe bien, j’avais dans mes placards de quoi refaire plus ou moins une tenue comme celles-ci qui a tout à fait fait l’affaire pour le jeu où j’incarnais une esclave.

13131014_618490701631230_1767268784879617514_o

Je porte ma jupe XVIIIe siècle en soie rayée. Celle-là elle aura fait toutes les époques à force. Ma chemise, c’est ma chemise de corps XVIIe siècle en coton que j’avais faite l’an dernier pour une animation et qui depuis me sert beaucoup. La ceinture est constituée d’une écharpe en taffetas. Pour ce qui est du gilet : c’est un gilet en velours noir avec une doublure en soie bleue-gris qui part en lambeaux années 30. Pour ce qui est de la coiffure : un grand coupon de coton noir d’1m50 sur 1m50 et le tour est joué.

12232695_618491251631175_3083148593254323067_o13116077_618492131631087_913468567658778328_o

Bref je suis contente de mon bricolage.

Crédit photos :

  • GNIarc pour le Conte des Sept Voiles

La Grande Mademoiselle – le brouillon

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

J’ai, il y a maintenant un an, commencé à créer une robe pour un jeu de rôle dont je vous ai déjà montré quelques photos : un Souper chez Monsieur Fouquet. Je vous ai montré ma tenue grecque pour le soir et rien d’autre. Il faut dire que je ne suis pas satisfaite du tout de ma robe de jour. J’estime avoir fait un gros ratage dessus. Je dois la reporter le week-end prochain lors d’une reconstitution au château de Maintenon. Le corsage est donc actuellement en pièces détachées dans mon salon pour être revu entièrement.

J’avais le rôle de la Grande Mademoiselle dans ce GN. J’ai donc tenté de refaire une de ses robes d’après tableau.

Il faut dire que j’ai trouvé le tissu parfait pour le corsage chez Sartor, mon fournisseur de tissu tchèque. Malheureusement il est en rupture de stock à l’heure actuelle. Il s’agit d’un brocard synthétique à motifs dorés et crème sur fond gris perle. Pour la jupe et les manches, j’ai trouvé un satin duchesse crème (et non gris comme le tableau) lui aussi en synthétique mais qui a un tombé et un maintien fabuleux outre sa qualité.

J’ai pris de nombreux conseils auprès de mes amis, et notamment auprès de « La Rose Noire », une de mes amies costumière. Autant j’ai récupéré sans trop de mal le patron pour le corsage, autant la jupe est une autre paire de manches. Quand on voit le tableau, on remarque des plis. Il s’agit à l’époque de plis canons, que je n’avais jamais fait! Les miens sont gros. J’ai utilisé un écart de 3cm et je les ai renforcé à la ouatine pour les garder en forme. J’ai constitué la jupe sur deux coupons de 3m sur 1m50 de tissu. J’ai monté la jupe sur du gros grain et je la porte sur un boudin.

11953509_10153597192795522_6671575348451028876_o11921747_10153599013650522_6060607484907692046_o11896476_10153599013475522_8900926595366128908_o

Pour le corsage, j’ai brodé des perles sur le tissu acheté chez Sartor puis je l’ai doublé avec du coton. Cette doublure constitue une poche pour que je puisse ensuite glisser mon baleinage. C’est de lui que vient partiellement le problème du corsage. J’en reparlerai dans un deuxième article car j’ai tout revu de fond en comble. Le baleinage était alors constitué de baleines en plastique que je n’avais pas installées bord a bord par manque de baleine. Mais compte tenu que le devant me paraissait bien renforcé, à mon sens il ne devait pas y avoir de problèmes.

11889976_10153592257365522_1018239055535441011_o11902891_10153592257325522_8353183768439901476_o11886135_10153592257320522_150101868450901772_o

Sauf que voilà : quand je regarde les photos de ma robe portée, je ne vois que ses défauts. Il a manqué de largeur sur les manches, faute encore une fois de tissu. La boutique de coupons où j’avais trouvé mon satin était en rupture de stock. J’en ai retrouvé pas plus tard que cette semaine sur un coup de chance, en passant par hasard dans la boutique. Le corsage rebique bizarrement, le tissu plisse, ma coiffure laisse à désirer, ma poitrine est mal placée, assise la jupe se décolle du corsage… Bref tout pour me plaire…

11013115_10153597192700522_3730524516032293438_o10644210_10205922127865160_1569887463543914589_o11952719_10205922126425124_821001056408587298_o11923288_10205984008532138_606402050982940475_o11942315_10205984056693342_1359563520600816326_o11999773_10205983996171829_862541726699633747_o12010659_10205983810727193_7452449865627897375_o

La seule chose qui me plait dans ce corsage c’est son dos.

_DSC5582

Donc pour la deuxième version, on garde : le dos, la jupe. On refait : les manches, la chemise pour aller dessous (inexistante), le baleinage du corsage, on coud la jupe au corsage pour éviter l’effet décollage, on retire la fioriture moche du dessus du corsage… Et ça devrait aller! J’espère pouvoir vous donner des photos de l’ensemble fini prochainement.

Photos :

Tissu :

 

White Russian

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Cet article sera le premier d’une, j’espère, longue série russe. Nous sommes en train d’organiser un jeu russe 1905 avec ma troupe de joyeux lurons grecs. Cette fois-ci le défi sera de taille. Rien n’est encore fixé ni définitif sur ce qui sera choisi en terme de tenues, mais il y aura probablement du traditionnel (avec des sarafanes et des chemises brodées) mais aussi de nombreuses robes 1905 comme la cour russe aimait revêtir. N’oublions pas que l’impératrice et ses filles aimaient immodérément Worth.

Pour le nouvel an cette année, j’ai été invitée à un nouvel an White Russian, non pas comme les vrais Russes blancs, mais plutôt comme : habillez-vous en Russe, mais en blanc. J’ai pour l’occasion refait une sarafane blanche, dans le but non dissimulé de la réutiliser pour le jeu mentionné plus haut.

J’ai utilisé ce patron-ci qui est un trésor et très très facile à utiliser.

Image25s

Pour une personne de mon gabarit, qui, je dois le rappeler n’est pas le genre gracile mais plutôt solide bretonne taillée dans un menhir, il faut 3 mètres sur 1m50 de tissu si vous ne faites pas de raccord. Le haut est monté avec des plis plats. J’ai aussi orné de dentelle et de plis le bas. Le tout fait à la main dans le RER le matin bien entendu.

1934071_10208707469382242_6530550222821990348_n

Honte à moi, je porte dessous une chemise Mango… Mais elle est parfaite pour cette tenue. J’essaierai je pense d’en trouver une brodée je pense par la suite. Je porte mon éternelle ceinture de cuir 1900 et un médaillon de la même époque. J’ai deux grandes tresses de postiche dans les cheveux et des fleurs H&M (et oui, elles sont parfaites ces petites pinces).1929900_1240155329332600_6999148180127197427_n

La photo des historiques avec les merveilleuses Claire et Fanny. Fanny est la costumière de Temps d’Elégance. Vous pouvez lui commander des tenues bien sûr ou aller les louer chez les Vertugadins.

12525461_10153298845595770_1350645519772328054_o

La reine et ses suivantes, ou comment nos premiers jeux de rôle peuvent nous poursuivre pendant des années. On notera quand même la merveilleuse tournure de Fanny. On ne voit malheureusement pas son homme assorti, mais sa veste était de toute beauté.

Photos (non libres de droit) :

  • Temps d’élégance
  • Amélie T.

Blog :

Une Américaine à Paris

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Petit article aujourd’hui pour une robe toute simple trouvé sur eBay il y a plusieurs années. Il s’agit d’une robe américaine début 50, d’un bleu électrique comme j’aime. J’ai trois ou quatre robes de cette période dans ce bleu. Il semblerait que cette couleur ait été très à la mode à un moment.

10455310_10152513717345522_9032369354667851942_n10449963_10152513724640522_1077628739423047532_n

La robe a des plis plats au niveau de la jupe et un décor cordé pour souligner la taille. Elle ferme avec deux fermetures éclair : une sur le côté et une à l’arrière du col. La robe est en ottoman. Il n’y a quasiment aucune finition à l’intérieur.

10313688_10152513725480522_573799681727071447_n10384201_10152513717520522_5127175659949053590_n

J’ai agrémenté la robe d’un petit bouquet de fleurs rouge en tissu moderne, d’une paire de boucles d’oreilles années 40 en perles en forme de fleurs, d’un bracelet en bois rouge. J’ai une paire d’escarpins moderne et une paire de collants Wolford.

Ces quelques photos ont été prises quand je sortais de l’expo Paris 1900 au Petit Palais.

Marlous, apaches et filles de rue

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

En novembre, un ami dont je vous ai déjà parlé précédemment a organisé une séance photo pour alimenter la base photo de l’association Virges Armes. Le thème? Marlous, apaches et filles de rue, rien que ça. La période est 1900-1905 et le moins qu’on puisse dire c’est que pour une fois, nous ne portons pas de robes de princesse. J’ai toujours préféré les costumes populaires, c’est d’ailleurs ce que j’ai en majorité dans mes placards.

  In november, a friend, I have already talked of, organised a shooting to complete the database of the association Virges Armes. The theme? Bad guys and prostitutes, no less. The period is 1900-1905 and for this time, we didn’t wear princess dresses. I have always prefered people costumes. That is what you can find in my dressing room. 

IMG_0121 BD

 

Nous étions une quinzaine, hommes et femmes confondu, chez Raoul. Raoul, c’est quelqu’un qu’on n’oublie pas. Je l’avais rencontrer à un Baronne’s Balroom au Cabaret Sauvage il y a de ça plusieurs années. Il tenait une épicerie 1940-44. A l’époque il m’avait fait goûter des gâteaux sans beurre, sans sucre, sans oeuf, comme en pleine période de restriction alimentaire. Je vous garantis que manger des gâteaux au bicarbonate n’a pas été ma meilleure expérience. Mais on n’oublie pas le personnage et son intérieur est à son image : ancien, original et surtout bourré d’histoire. L’extérieur est parfait pour reproduire les petites rues glauques de Montmartre où s’alignaient les filles mais aussi pour les peindre. Un vrai café, déjà utilisé en reconstitution, est conservé chez lui.

We were fifteen, men and women, at Raoul’s house. Raoul is a man you can’t forget. I met him many years ago at a Baronne’s Balroom which took place at the Cabaret Sauvage. He was animating a 1940-44 grocer’s shop. It was the first I ate pastries without aggs, sugar  and butter. It was not a really good experience to eat bicarbonate pastries. But you can’t forget the man, and his home is like him : old, original and full of histories. The outside is just perfect te recreate small streets of Montmartre where girls were waiting for costumers Also, Raoul stores a real parisian café in his garage.  

 

Parmi les participants, on retrouve la formidable Olympe de Decorum et Bagatelles. Si un jour vous avez besoin d’une belle perruque, courrez sans hésiter à son atelier de Montreuil. Elle vous fera du sur mesure. La plupart des coiffures de cette séance sont signées d’elle, et notamment la mienne.

In the partipants, there was the great Olympe of Decorum et Bagatelles. If at any moment you need a beautiful wig, just run at her studio in Montreuil. Most of the hairdresses has been made by her for this shooting.

10419458_969184476488366_2113561908626880498_n

Dans les amis présents, on retrouve aussi une des formidables costumières des Vertugadins, Emilie, venue avec quelques tenues de l’atelier.

Between the other friends presents : Emilie of the Vertugadins. She has bringed dresses from her workshop. 

12240060_969181856488628_2492368328827759709_n

Parlons peu, parlons bien. Je porte une tenue franchement populaire. Une fille de rue comme une marchande des Halles de Paris aurait pu la porter, à une ou deux libertés historiques prêt. A vrai dire, nous étions en novembre et j’ai eu peur d’avoir froid, j’ai donc pris un gilet vert en laine 1940 qui pouvait passer pour du 1900. Finalement il a fait extrêmement chaud pour la saison, une vingtaine de degrés.

  Talk less, talk good. I wear a people costume. A prostitute or a peddler would have worn it. There is an historical mistake because I was affraid of being cold. So I wear a 1940s jacket. Finally, I wasn’t cold at all. 

IMG_9582 BD

Je porte donc un jupon en tussah 1900, plissé dans le bas avec une légère bordure de dentelle. Sous ce jupon, je porte une paire de collant New Look qui fait la blague. Pour du 1900, n’hésitez pas à acheter du collant en laine que vous coupez puis surfilez pour faire vos bas. Je considère que c’est un gain de temps. A mes pieds, mon éternelle paire de bottine de chez Falbalas. Olympe en portait une paire aussi mais rouge.

  I wear a 1900 cream silk petticoat with pleating and lace. Under the petticoat I wear tights from New Look. The pattern and color were good for 1900. I wear also my ankle boots from Falbalas. Olympe wear also a red pair from the same adress. 

IMG_9590 BD

Au dessus du jupon de tussah, je porte toujours un jupon 1900, converti en jupe pour l’occasion, en laine verte avec un décor écossais dans le bas sur deux volants. Les deux jupons viennent d’une petite brocanteuse d’Angers, qui nous a malheureusement quittée il y a trois ans. C’était le genre de dame formidable qui vous gardait les vêtements anciens quand vous parveniez à percer sa carapace. J’ai trouvé des choses fabuleuses au milieu du fatras qu’elle gardait.

Over the petticoat, I wear another one in green wool with scotish pattern at the bottom. The two of them came from a little shop in Angers. The old lady who keeps the shop unfortunately left us three years ago.  

11228025_969185379821609_8381217098937283938_n

Sur le jupon vert, je porte un tablier en coton crème. J’ai dû le retourner. En effet, le vrai devant est incrusté de motifs cachemire, et il parait que le vert associé au rouge faisait trop tyrolien. Ce tablier vient de cette même petite boutique angevine.

  I also wear a cream cotton apron from the same period.

IMG_9969 BD

En haut, mon corps est engoncé dans un corset 1905 noir. J’ai par dessus un cache-corset 1900 en coton blanc, et encore par dessus mon gilet en laine verte 1940. Je porte un petit médaillon en métal doré trouvé chez Falbalas. Mon châle a appartenu à une grande tante. Elle l’a tricoté dans les années 60/70. Maintenant place à  toutes les autres photos.

My body is restricted in a 1905’s black corset. Over it I wear a white 1900’s coton corset cover. I also wear a 1940’s jacket in green wool. I wear a gold locket. The shawl has been knitted by an old great aunt in the 1960/70s. Now the photos. 

IMG_9920 BDIMG_9592 BDIMG_9836 BDIMG_9584 BD12241518_969185266488287_7736021710446911776_n10584019_969185073154973_6027443848370967291_n12227812_969185809821566_3650902112377779567_n

Photos :

Celles-ci ne sont pas libre de droits

Adresses utiles :

 

 

Parce que les petits pois ne sont pas l’apanage des années 50!

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Dans mon précédent article, je vous présentais la deuxième robe des années 1900 que je me suis offerte. Aujourd’hui, je vous présente la première, ma petite robe bleu marine à pois blanc.

In my last post, I have presented you the second 1900s dress I bought. Today, I am going to present you the first one, my little polka dot dress.

Le pois  est un motif très populaire dans le milieu rétro. J’ai d’ailleurs l’impression que quand des demoiselles veulent s’habiller années 50  c’est systématiquement une robe à pois qui sera choisie comme si seul ce motif existait. Pour moi les années 50, ce sont des soies, des laines, de superbes imprimés, bref, pas forcément la période que j’associe aux pois. Je n’associe d’ailleurs aucune époque aux pois. Je possède trois robes avec ce type d’imprimés : une 1900, une 1930 et une 1940 toutes en coton plus ou moins fin.

Polka dot is a very popular pattern in the vintage circle. I actually have the impression that when girls want to wear a retro styled dress, they will automatically choose a polka dot dress, like there is no other patterns. For me, the 1950s are silks, wools, wonderful printed fabrics, not only polka dots. As for it, there are no period I associate to this pattern. I own three dresses with this pattern : a 1900s, a 1930s and a 1940s, all in cotton fabric.

23826_411769425521_977239_n

L’histoire du pois remonte pourtant à loin. Il a été popularisé au début du XIXe siècle avec un engouement certains dans les années 1830-40. Il n’est pas très surprenant que ce type de tissu se popularise à cette époque : les presses pour imprimer les tissus se développent avec l’industrialisation rendant la fabrication d’un tel imprimé beaucoup plus aisée.

Polka dot history is not new. The pattern has been used since the beginning of the XIXth century in a industrial way, in particular during the 1830s-1840s. It is not very surprising that this pattern became fashionable at this period : news presses were developped with the industrialisation. Printing this sort of patterns on fabrics was then much easier.

23826_411769445521_3987126_n

Mais parlons de la robe, objet de cet article. C’est une robe d’après-midi 1900 en coton bleu marine à pois blanc. Le coton est un coton relativement transparent et fin, rendant nécessaire le port d’une lingerie adaptée dessous de préférence de couleur claire. Je n’avais à l’époque pas de jupon ni de cache-corset. Je porte donc une chemise en coton blanc avec le premier serre-taille que j’ai acheté.

Lets talk about the dress. This is a 1900s afternoon dress in blue polka dot cotton. The fabric is a transparent cotton. Good underwears are necessary. It should be in a bright color. At this time I had no petticoat nor corset cover. I wear a white shirt under the dress with the first corset I bought. 

N’oublions pas que c’est le corset et la lingerie en général qui fera le tombé de votre robe. Si un jour vous vous lancez dans la reconstitution, gardez bien cela en tête. Ne nous leurrons pas non plus : un corset efficace vous coûtera plus cher que 50€ : il doit durer dans le temps, ne pas vous faire mal et malgré tout bien vous modeler. Soit vous avez l’âme d’un chineur et vous trouvez des corsets d’époque qui vous vont parfaitement (très rare mais possible), soit vous le créez vous-même (ce qu’à titre personnel je déteste faire),  soit vous trouvez un bon créateur. Mon corset-serre-taille vient de chez Lace Embrace : https://www.laceembrace.com/ L’entreprise a été créée par une canadienne qui a une des plus grande collection de corsets privée au monde. Autant dire que les productions qu’elle fait sont de qualité vu qu’un grand nombre de ses modèles sont inspirés de modèles d’époque avec des matériaux qui s’en rapprochent.

We should not forget that it is the corset and underwears in general that will do the shape of your dress. If one day you go through reconstructing history, keep this in mind. A good corset will cost you a little more than 50€ : it should last in time, it should not hurt you and create the good shape. To heve one, there are solutions : you are good and very lucky at finding vintage and you can find old corsets that perfectly suit you (it is rare but not impossible), you can create it (in my case I hate doing this), or you can find a good costumier. My corset from Lace Embrace : https://www.laceembrace.com/ The shop has been created by a canadian girl who has one of the greatest private collection of corsets in the world. The corsets she produces are of great quality and some of them are inspired by period corsets. Boning is very close of the boning of the XIXth century. 

23826_411769415521_5193463_n23826_411769385521_2355499_n23826_411769390521_3707186_n

La robe se compose de deux parties : une jupe cousue au corsage. Elle se ferme dans le dos par une série de petits crochets. La robe est assez courte. Certes je suis grande mais elle n’a pas vocation à avoir une traîne. Clairement, il s’agit d’une robe pratique, faite pour la promenade ou tout du moins une activité nécessitant une longueur moins importante. Le bas de la jupe est plissé.

The dress is made up in two parts : the bodice and the skirt sewn together. It closes in the back with hooks. The dress is really short. I am tall but this dress doesn’t have a train. Clearly, it is a practical dress, made for walking, gardening or any activity asking for a shorter dress. The end of the dress is pleated on two rows. 

Le corsage a un plissé assez important sur les épaules et le devant. Ce corsage est agrémenté d’une dentelle en coton crème. Il manque le col de cette robe qui a disparu.

The bodice is also pleated on the shoulders and on the front. The bodice is decorated with a cotton cream lace. The collar is missing.

Les chaussures que je porte avec la robe sont des cothurnes de chez Falbalas tout comme la robe d’ailleurs. J’ai une canne ombrelle 1900 de la même provenance que je dois restaurer. Le sac est un sac en velours violet et gris, fermoir en métal Napoléon III que j’ai chiné aux puces il y a longtemps.

The shoes I wear with the dress are buskin from Falbalas, a french flee market vintage shop, like the dress. I have a 1900s parasol from the same shop. I must fix it. The bag is a violet velvet 1860s bag. I found it in the flee market a long time ago.  

23826_411769395521_8032980_n23826_411769405521_3933483_n23826_411769435521_1702178_n

Les dentelles crème descendent dans le dos de la robe. On retrouve des manchettes en dentelle brodée main assorties. Les manches sont plissées au niveau des coudes.

The cream laces continue in the back of the dress. I also have matching lace’s cuffs. The sleeves are pleated at the elbows.

En terme de finition dans la robe : il n’y a pas de doublure, tout est cousu et surfilé main. Sans être une robe très à la mode, elle est de bonne facture avec un travail de plis intéressant : sur le corsage, à la taille et en bas de la jupe.

In terms of finished : there is no lining, everything is sew and oversew by hand. This is not a really fashionnable dress but it is beautifully made with a very interesting pleating work : on the bodice, the sleeves and at the end of the skirt.

Pour finir sur la liste des accessoires que je porte : j’ai autour du cou un ruban avec un médaillon en onyx 1900 et je porte un canotier en paille marron et plumes d’autruches 1910. Il s’agit d’un modèle pour femme. Je n’avais pas de ceinture à l’époque, mais je me suis rattrapée depuis.

To finish with the accessories I wear : I wear a 1900s necklace with a medalion in onyx. I wear a brown woman’s boater with ostrich feathers. I didn’t have any belt at this time, but I have bought some since. 

23826_411769425521_977239_n

Et vous les pois, vous les préférez quand?

And you, the polka dot, when do you prefer them?